Figuras | James Sacré

El prolífico James Sacré nació en Cougou (Vendée, Francia) en 1939. Desde 1965 enseña literatura francesa en universidades de Estados Unidos, donde reside. Sus peculiares poemas —que generalmente imitan la lengua hablada, las formas infantiles y el habla rural— pueden leerse en Relation (1965), La femme et le violoncelle (1966), “Graminées” (1968), La transparence du pronom elle (1970), Cœur élégie rouge (1972), Comme un poème encore (1975), Paysage au fusil (Cœur) Une fontaine (1976), Un brabant double avec des voiles (1977), Figures qui bougent un peu (1978), Une bonbonne (1978), Fire (1980), Quelque chose mal raconté (1981), Des pronoms mal transparents (1982), Rougigone (1983), Ancrits (1983), Ecrire por t’aimer; à S.B. (1984), La petite herbe des mots (1986), Bocaux, bonbonnes, carafes et bouteilles (comme) (1986), La petite herbe des mots (1986), La solitude au restaurant (1987) y Une fin d’après-midi à Marrakech (1988). Como ensayista, La poésie comment dire (1992) On regarde un âne (1992), Écritures courtes (1992), La poésie, comment dire (1993), Des animaux plus ou moins familiers? (1993), Le renard est un mot qui ruse (1994), Ma guenille (1995), Viens, dit quelqu’un (1996), Essais de courts poèmes (1996), La nuit vient dans les Yeux (1997), La peinture du poème s’en va, (1998), Anacoluptères, (1998), Relation, essai de deuxième ancrit (1962-63 ; 1996), (1999) Si peu de terre, tout, (2000), L’Amérique un peu, (2000), Écrire à côté, (2000) Une petite fille silencieuse (2000), Monsieur l’évêque avec ou sans mitre, (2002), Mouvementé de mots et de couleurs, (2003), Les mots longtemps, qu’est-ce que le poème attend ? (2004), Sans doute qu’un titre est dans le poème (2004), Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime (2006), Broussailles de prose et de vers(où se trouve pris le mot paysage) (2006), Âneries pour mal braire (2006), Un paradis de poussières (2007), Le poème n’y a vu que des mots (2007), Portrait du père en travers du temps (2009), Paroles du corps à travers ton pays, poème (2009),  Le désir échappe à mon poème (2009), Tissus mis par terre et dans le vent (2010), America solitudes (2011), Le paysage est sans légende, (2012), Parler avec le poème (2013), Ne sont-elles qu’images muettes et regards qu’on ne comprend pas ? (2014) y Un désir d’arbres dans les mots  (2015).

FIGURA 13

Hay de pronto las ganas de pensar en objetos que están lejos en el tiempo
no se sabe demasiado por qué no es realmente nostalgia
más bien ella daría un color de herrumbre al tiempo presente
cuando aparentemente nada muestra la proximidad de la muerte
al contrario eso brilla bastante fácilmente en la trivialidad del día
la caja de botones con la que un niñito antaño juega
¿acaso no oigo en el vaivén de los coches que pasan
a través de la mezcla de la ruta con los jardines los arces
con olmos americanos que mueren
el silencio que en la lenta tarde mide una carretera?
se aleja todavía ¿cómo? ¿qué quiere decir la expresión dar un rodeo?

de Figures qui bougent un peu (1978)

FIGURE 13


Il y a soudain l’envie de penser à des objets qui sont loin dans le temps/ on sait pas trop pourquoi c’est pas vraiment de la nostalgie/ elle donnerait plutôt une couleur de rouille au temps présent/ alors qu’apparemment rien montre la proximité de la mort/ au contraire ça brille assez facilement dans la banalité du jour/ la boîte à boutons qu’un petit garçon joue avec autrefois/ est-ce que j’entends pas dans le va-et-vient des voitures qui passent/ à travers le mélange de la route avec les pelouses les érables/ avec des ormes américains qui meurent/ le silence que dans l’après midi lent mesure une charrette?/ elle s’eloigne encore au loin comment qu’est-ce que ça veut dire l’expression faire un détour?


FIGURA 20

En la figura engendrada grande por tantos poemas colores movimientos
el tiempo los lleva hacia la muerte qué es
el rostro que nunca vi salvo en fotos ya en el silencio
de un autor con un nombre ganado por la desaparición no está bien de otro
un esplendor equívoco con el mal gusto de la muerte en él
qué es la muerte la eternidad la nada si no me pareció
lo que al final dice quizás ese nombre curioso Saint-John Perse
como arcaico y lejano moderno alrededor del silencio hoy
lo mismo sin sentido nadie puede decir nada de eso
en la figura con forma de trampa grandilocuente ella también puede morir
por tantos poemas construídos manualidad restos trampa pobre al fin
¿para ganar qué? ahora la quiero.

de Figures qui bougent un peu (1978)

FIGURE 20


Dans la figure engendrée grande de tant de poèmes couleurs mouvement/ le temps les porte vers la mort qu’est-ce que c’est/ le visage que j’ai jamais vu sur des photos déjà dans le silence/ d’un auteur avec un nom gagné sur la disparition pas bien d’un autre/ une splendeur équivoque avec le mauvais goût de la mort en elle/ qu’est-ce que c’est la mort l’eternité le rien sinon m’a-t-il semblé/ ce qu’à la fin dit peut-être ce nom curieux Saint-John Perse/ comme archaïque et loin moderne autour du silence aujourd’hui/ la même chose hors du sens personne en peut rien dire/ dans la figure en forme de piège grandiloquent elle aussi peut mourir/ de tant de poèmes construits bricolage débris piège pauvre à la fin/ pour prendre quoi? c’est maintenant que je l’aime.

FIGURA 28

El color para seguir todavía un poco fachada soleada
contra por ejemplo un fondo de cielo azul oscuro azul
que el tiempo mueve con el viento nada más eso permite
que en favor de las palabras que siguen se abra paso
mi placer de estar como en un rincón recortado de una ciudad
sesgo de una pared cerámicas de chimeneas pobreza placer
perdónenme la intrusión de mi sentimentalidad en este poema
por otra parte no tiene cuando lo pienso mucha importancia
no más que el color de ladrillo un poco, ahora que la noche llega,
del cielo ya menos azul en su conjunto
todavía un instante, será algo
como si nada pasara la noche el poema con
los colores desaparecidos dentro de la teja un corazón torpe
¿cómo alguien se acordará de esto? ¿realmente cómo?

de Figures qui bougent un peu (1978)

FIGURE 28


La couleur pour continuer encore un peu façade ensoleillée/ sur par exemple un fond de ciel bleu foncé bleu/ que le temps bouge avec le vent rien de plus ça permet/ qu’à la faveur des mots que voilà se fraie/ mon plaisir d’être dans comme un coin découpé d’une ville/ biais d’un mur poteries des cheminées pauvreté plaisir/ pardonnez-moi l’intrusion de ma sentimentalité dans ce poème/ d’ailleurs ça n’a pas quand j’y pense une grosse importance/ pas plus que la couleur de brique un peu, maintenant que le soir vient,/ du ciel déjà moins bleu dans son ensemble/ encore un moment, ça sera quelque chose/ comme si de rien n’était la nuit le poème avec les couleurs disparues dedans la tuile un cœur maladroit/ comment quelqu’un s’en souviendrait vraiment comment?


FIGURA 29

El verde muy intenso los árboles en lo concreto del tiempo
con la luz el plano como muy limpio prados
de un lado está el río un movimiento de álamos
hacia atrás el silencio mi padre en algún lado su actividad
complicada minúscula estaca de alambre montón de espinos que se mueve
en la amplitud al mismo tiempo la intimidad de ese paisaje a lo lejos
la soledad como un rostro sin sonrisa gestos concretos el tiempo se va.

En ese verde que llené de trabajo lentamente repetido
suerte de cansancio agrícola ¿en suma para qué?
el recuerdo que construyo mal herramientas gestos
repetidos lo que queda sobre todo son los momentos de algunos rostros
de repente vistos en el azul grande los árboles verdes que agitan
el color de una mejilla tanto casi nada como
¿qué quiere decir una sonrisa en el tiempo desaparecido?

de Figures qui bougent un peu (1978)

FIGURE 29


Le vert très foncé les arbres dans le concret du temps/ avec la lumière le plan comme très propre des prés/ d’un côté il y a la rivière un mouvement de peupliers/ en retrait le silence mon père quelque part son activité/ compliquée minuscule piquet fil de fer tas d’épines qui bouge/ dans l’ampleur en même temps l’intimité de ce paysage au loin/ la solitude comme un visage pas de sourire gestes concrets le temps s’en va.// Dans ce vert que j’ai rempli de travail lentement répété/ espèce de fatigue agricole pour en somme quoi?/ le souvenir que je construis mal outils gestes/ repris ce qui reste surtout c’est les moments de quelques visages/ soudain vus dans le bleu grand les arbres verts qui remuent/ la couleur d’une joue tellement presque rien comme/ qu’est-ce que ça veut dire un sourire dans le temps disparu?


3

En un recodo de ruta es el campo y los árboles más grandes
el rojo mal cortado de una granja por las ramas removidas
es ahí de otra manera que de costumbre entre
un verano y el otoño las tierras que el tiempo húmedo desarregla
uno sabe que hay un campo de maíz o de tabaco no lejos
la ruta está sucia de hojarascas verdes y de maderas muertas
casas construidas en planchas parecen tan frágiles en el paso de un gran viento en ……Massachusetts
que uno puede preocuparse por la suya si justamente uno vuelve a ella justo en ese ……momento
pero todo está calmo cuando uno llega salvo que una mata de flores detrás ha sido volteada sobre la galería de cemento uno busca
lo que el césped angosto y muy verde tiene en común con el campo atravesado
uno lo tiene todavía en lluvia y viento en el corazón sin embargo
algo está como muy a lo lejos.

El verde que se vuelve más verde de los céspedes
hablar de ellos en un poema es tan
banal lo sé bien pero
si da gusto porque
uno diría la experiencia mostrada de un corazón
(tanto verde antes de la tormenta
y la soledad que espera las casas es
de nuevo los árboles deshechos de un país de infancia las cuales son como
antiguas fotos dobladas que uno ya no distingue
si es la lluvia o la impresión mal amarilleada sobre el papel
que hace la imagen tomada en préstamo de silencio apenas reconocible)
si de todos modos eso da gusto ¿no es
suficiente para que uno intente un poema?

de Quelque chose de mal ranconté (1992)

3


A un tournant de route c’est la campagne et des arbres plus grands/ le rouge mal découpé d’une grange à cause des branches remuées/ est là autrement que d’habitude entre/ un été et l’automne les terres que le temps mouillé dérange/ on sait qu’il y a un champs de maïs ou de tabac pas loin/ la route est salie de feuillages verts et de bois morts/ des maisons construites en planches paraissent tellement fragiles dans le passage d’un grand vent au Massachusetts/ qu’on peut s’inquiéter pour la sienne si justement on y retourne à ce moment-là/ mais tout est calme quand on arrive sauf qu’un buisson de fleurs derrière a été couché sur l’allée en ciment on cherche/ ce que la pelouse étroite et très verte a de commun avec la campagne traversée/ on l’a encore en pluie et vent dans le cœur pourtant/ quelque chose est comme très au loin.// Le vert qui devient plus vert des pelouses/ d’en parler dans un poème c’est tellement/ banal je sais bien mais/ si ça fait plaisir parce que/ voilà qu’on dirait l’expérience montrée d’un cœur/ (tant de vert avant l’orage/ et la solitude qui attend des maisons c’est/ à nouveau les arbres défaits d’un pays d’enfance lesquels sont comme/ d’anciennes photos cornées qu’on distingue plus/ si c’est de la pluie ou l’impression mal jaunie sur le papier/ qui fait l’image empruntée de silence à peine reconnaissable)/ si quand même ça fait plaisir est-ce que/ c’est pas suffisant pour qu’on essaie d’un poème?

*

Hay como una manera de hacer silencio cada vez más
en las palabras de mi poesía
a pesar de tantas antiguas iras pueblo que se va
especie de color gritado un toro
se pierde en minotauro insensato
en el borde lejos de los árboles oigo
en la distancia tan azul clamor
en por ejemplo los poemas vehementes de Robert Marteau
mala suerte si en los míos las palabras
se arrastran como detrás de una caballeriza con
la centinodia manchada, erratas, un viejo balde.

de Quelque chose de mal ranconté (1992)

*

Il y a comme une façon de faire silence de plus en plus/dans les mots de ma poésie/ malgré tant d’anciennes colères village qui s’en va/ espèce de couleur criée un taureau/ s’égare en minotaure insensé/ au bord loin des arbres je l’entends/ dans la distance tellement bleue clameur/ dans par exemple les poèmes véhéments de Robert Marteau/ tant pis si dans les miens les mots/ traînent comme derrière une écurie avec/ la renouée salie, des coquilles, un vieux seau.

Traducción de Jorge Fondebrider